Aller au contenu

Se mobiliser pour contrer la résistance à la chimiothérapie du cancer ovarien

Le cancer de l’ovaire est un cancer très agressif qui incarne la 4? cause de décès par cancer chez la femme. Le plus souvent observé chez les femmes âgées de 50 à 70 ans, il se développe chez près de 1 femme sur 70. Le cancer ovarien est généralement diagnostiqué à un stade avancé puisqu’au début de sa croissance, il n’occasionne généralement pas de signe clinique particulier. Son diagnostic est donc particulièrement difficile, tardif, et implique un pronostic souvent mauvais.

Actuellement, la seule option thérapeutique disponible pour traiter le cancer des ovaires est la chimiothérapie, associée à la chirurgie. La réponse du corps à la chimiothérapie est initialement très bonne, puis la résistance au traitement est systématique.

La recherche thérapeutique autour du cancer de l’ovaire a pour objectif d’améliorer la prise en charge des malades, tant au niveau des traitements que de leur qualité de vie face à la pathologie. Faire un don pour la recherche contre le cancer des ovaires permet de soutenir les projets des chercheurs visant à mieux comprendre et à mieux lutter contre cette maladie qui touche de plus en plus de femmes (+1,1% par an). Grâce à votre générosité, la Fondation de France aide les médecins dans la recherche de nouveaux traitements, plus efficaces, notamment face aux cancers chimiorésistants comme celui-là.

9ème cause
de cancer chez les femmes
4ème cause
de mortalité par cancer
90%
des tumeurs ovariennes sont des tumeurs épithéliales ou adénocarcinomes

Comment mieux prendre en charge le cancer des ovaires ?

Au travers de son programme Cancer, la Fondation de France se mobilise pour améliorer les traitements des cancers chimiorésistants, comme c’est le cas du cancer des ovaires. Les projets qu’elle soutient sont sélectionnés pour favoriser les travaux scientifiques de jeunes chercheurs prometteurs. Ils visent tous à améliorer la qualité de vie des personnes touchées par la maladie.

Pour les sélectionner au mieux, la Fondation de France s’entoure d’un Comité d’experts composés des meilleurs spécialistes, médecins et chercheurs en oncologie. Présidé par le Professeur Vahid Asnafi, ce comité de bénévoles est chargé de sélectionner et d’encourager les projets les plus innovants.

Aucun de ces projets ne pourrait voir le jour sans la générosité des donateurs de la Fondation. C’est bien grâce à vos dons que la recherche sur les pathologies cancéreuses continue d’avancer.

Pourquoi faire un don contre le cancer de l’ovaire ?

Les programmes soutenus par le Comité Cancer de la Fondation de France ont aujourd’hui pour objectif de mieux comprendre la maladie et d’agir contre la résistance des cancers aux traitements actuels. Les dons pour aider la recherche contre le cancer ovarien permettent concrètement :

  • d’aider les chercheurs à découvrir des traitements contrant la chimiorésistance ;
  • de confirmer leurs hypothèses et de tester de nouvelles associations thérapeutiques ;
  • d’ouvrir la voie à de futurs traitements innovants, mieux tolérés que les précédents et permettant d’éviter les récidives.

1
Appel à projets
2
Transmission du dossier de demande de subvention
3
Présélection des projets
4
Instruction par les experts pour vérifier la qualité des projets
5
Décision de financement par le comité de 12 experts bénévoles
6
Suivi, évaluation et valorisation des savoir-faire

Évaluer et stopper l’action de la protéine syntabuline dans les cancers de l’ovaire résistants à la chimiothérapie

 

La chimiorésistance représente la principale cause d’échecs thérapeutiques en cancérologie et constitue un véritable problème de santé publique. Face à ce constat, le projet de la post-doctorante Hadia Moindjie vise à mettre en lumière un des mécanismes responsables de la résistance aux traitements du cancer des ovaires.

En cause : la présence importante de syntabuline, une protéine-taxi qui assure le transport des mitochondries (les centrales électriques de la cellule) vers des régions de la cellule qui nécessitent de l’énergie. Ainsi, la syntabuline aiderait les cellules cancéreuses à résister à la chimiothérapie en leur apportant de l’énergie. Si c’est le cas, l’objectif sera de bloquer cette protéine-taxi afin d’affamer les cellules cancéreuses. Fragilisées par le manque d’énergie, elles seront plus sensibles à la chimiothérapie.

Ces travaux de recherche mobiliseront une technique innovante de marqueurs fluorescents sur les cellules, au sein du laboratoire mondialement connu du Dr Pinton (Université de Ferrare, en Italie).

 

 

Quel est l’objectif du projet ?

  • Déterminer si la syntabuline permet en effet aux cellules cancéreuses de résister à la chimiothérapie.
  • Découvrir comment bloquer la syntabuline afin d’affaiblir les cellules cancéreuses pour les rendre plus sensibles à la chimiothérapie.

À savoir que l’approche utilisée dans ce projet et les résultats obtenus sur ce modèle de cancers de l’ovaire pourront être transposables à d’autres cancers solides chimiorésistants tels que les cancers du sein (mettre lien page dédiée) et de la prostate.

Mathieu, Audrey, Ambre et Stabelle sont à votre disposition.

01 44 21 87 00 [email protected]